• Doula de fin de vie

Pourquoi faire appel à une doula de fin de vie ?

Jadis, la cellule familiale était beaucoup plus importante et les personnes mouraient accompagnées par leurs proches à la maison. Les temps ont changé et de nos jours, pour diverses raisons, la plupart des gens meurent souvent mal accompagnés. Pour remédier à cela, un métier déjà existant dans les pays anglo-saxons fait son apparition en Suisse, celui de doula de fin de vie.

Ce métier répond à un besoin réel. En effet, des chercheurs suisses soulignent que 75% des personnes interrogées confirment leur désir de mourir à la maison, mais cela n’est possible que pour 25% d’entre eux actuellement.

Si les soins à domicile et les équipes mobiles de soins palliatifs sont là pour organiser la partie soins médicaux et soins de confort, iI reste néanmoins un maillon faible : l’accompagnement humain, la présence à la personne qui vit ses derniers moments, au soutien de ses proches, à la préparation de cette transition avec respect, dignité, bienveillance et compassion.

C’est là qu’intervient la doula de fin de vie. Son rôle, non médical, est plutôt celui d’une compagne qui peut informer et qui a déjà vécu personnellement cette expérience, qui est là pour assister la personne en fin de vie et sa famille.
Être doula de fin de vie, ce n’est pas avant tout « faire quelque chose », c’est surtout « être ». Elle a une expérience de vie unique qui lui permet de rester calme et centrée afin d’entrer de tout son être en relation avec la personne en fin de vie.

L’intervention de la doula de fin de vie est utile dès que le pronostic de vie est engagé (jusqu’au décès ou même après selon les besoins de l’entourage).

Elle est exclusivement destinée à des particuliers (personnes ou animaux de compagnie). Elle n’est présente en institution qu’à la demande formelle de la personne en fin de vie et/ou de ses proches.

Concrètement, quel est son rôle ?

Une doula de fin de vie peut par exemple accompagner la personne à ses rendez-vous médicaux afin de la soutenir.

Elle reste à ses côtés, alitée ou pas, totalement disponible à ses besoins (lecture, soins de base, massage des pieds, etc.) et sait construire un espace chaleureux, sacré, réconfortant (bougies, musique, etc.).

Elle peut également l’aider sur un plan administratif (directives anticipées, obsèques, etc.). Son aide est également disponible pour les proches, en fonction des demandes et de ses compétences.

Lorsque la personne est hospitalisée, la doula de fin de vie la veille, sur demande de celle-ci ou de ses proches, épuisés ou incapables de rester à son chevet.

Elle est aussi préparée à organiser des moments de veille du corps et peut également accompagner la famille, les proches, sur demande, durant les premiers jours de deuils.

De manière générale, la doula de fin de vie offre sa présence, son écoute, ses connaissances, sa paix intérieure à celles et ceux qui vont faire le passage et à leurs proches, s’ils le souhaitent.

Pourquoi ai-je voulu devenir doula de fin de vie ?

Très jeune, je faillis perdre la vie. Cet événement a influencé mon existence entière, provoquant un intense questionnement sur son sens.

Dans la vingtaine, je décidais de m’engager comme bénévole en soins palliatifs au Québec, puis en Suisse Romande. M’épanouissant totalement dans cette voie, je repris des études d’infirmière. Hélas, la formation ne fût pas à la hauteur de mes attentes, humainement parlant. Je choisis donc de quitter la formation et de me dédier à ma famille. Je restais convaincue que j’étais faite pour accompagner des personnes en fin de vie. Je ne savais pas comment, mais je savais que cela était ma mission de vie.

C’est pourquoi, quand 15 ans plus tard, je tombais « par hasard » sur une annonce qui faisait la promotion d’une nouvelle formation en Suisse Romande, donnée par Rosette Poletti et Christophe Fauré, parrain de la formation, mon cœur fit un bond, mon rêve allait être exaucé ! J’allais devenir doula de fin de vie.

N’est-ce pas incroyable ? La vie trouve toujours le moyen de vous conduire là où vous devez être.

Aujourd’hui, je suis extrêmement honorée de pouvoir accompagner celles et ceux qui sauront me faire confiance dans cette dernière étape de leur vie.

Prendre rendez-vous

Chaque accompagnement étant unique et personnalisé, merci de me contacter pour en discuter préalablement (premier entretien gratuit).

076 235 21 31

Emission de la RTS

Vous pouvez regarder la vidéo de la RTS « Faut pas croire – Accoucher de la mort », qui parle du rôle de la doula de fin de vie.

Honoraires doula de fin de vie

Chaque accompagnement étant unique et personnalisé, merci de me contacter pour en discuter préalablement (premier entretien gratuit).

Selon les besoins et le contexte, un tarif horaire et/ou forfaitaire est appliqué, d’un commun accord.

Mon activité n’est pas prise en charge par les assurances maladie. Des aménagements de paiement sont toujours possibles car les finances ne doivent en aucun cas être un frein à vous offrir mon accompagnement.

Modalités de paiement

Le paiement s’effectue par ebanking, twint ou comptant selon entente entre les parties.

Rendez-vous

Par téléphone au 076 235 21 31

Adresse

Route de Villars 37
1700 Fribourg

Sur rendez-vous

Vendredi 9h00 à 20h00
Samedi 9h00 à 18h00

Me suivre

Vous pouvez me retrouver aussi sur les réseaux sociaux :


Tous droits réservés © 2022 Anitya